Les amours de Cendre

Mariée depuis mai 2012 à l’homme de ma vie que j’aimais depuis 7 ans, je suis tombée en coup de foudre pour un autre homme trois mois plus tard...
Journal d’un adultère que j’espère non ordinaire.

Si mon histoire vous touche ou vous interpelle, merci de me laisser un mot.

Ce journal a longtemps été caché, mais il y a prescription sur les faits qui posaient des problèmes d’anonymat. Je vais à nouveau le rendre public.
J’ai fini par ouvrir un journal public, si vous voulez le lire…

214 - c'est mort, maintenant, tu enterres

lundi 8 août 2022 à 17h45
Et voilà. Je suis pas ghostée à proprement parlé, puisqu'il répond à mes messages Mais toujours autant de froideur, toujours aussi peu d'affect. Je refuse de penser que je me suis fait des idées sur les 10 premiers jours post-burn, mais ça ne change rien au présent : il n'y a rien, et il n'y aura plus rien. Le post-burn, faut croire que ça fait partie du burn, c'est pas tout à fait IRL encore. J'avais pas anticipé. Zut. Je voulais nous faire rencontrer nos personnalités IRL, et ben voilà. Une petite Caille qui tente de pimper le train-train quotidien un peu terne, en sortant de

214 - Résignation

lundi 1 août 2022 à 09h15
ça y est, 213 n'est plus, je vais guetter l'apparition de 214 (il fait gris ce matin, c'est donc raté, de toute manière, elle est trop fine encore. Donc, résignation. Petite perche du samedi soir. Il était encore très très présent dans mon esprit, dans tous les souvenirs de burns que j'ai rappellé, car toutes mes perches sont liées. Sauf celle de nowhere, qui n'ont pas besoin de se lier aux précédentes, comme si elles étaient des perches premières, des perches initiales, qui vivent par elle-même. Et celle trois semaines au paravent était avec lui. (ça y est, je songe à lui

213 - Réactance et Limerence

vendredi 29 juillet 2022 à 08h59
Un texte écrit à postériori, pour garder la cohérence, pour pouvoir relire tout ça avec un peu de continuité. ça ne se voyait pas vendredi dernier, mais j'étais déjà en réactance face à sa réponse : pas d'engagement, pas de plan, aucune logistique. Non, je n'irais pas le voir chez lui. Malgré la proposition de rester en contact, ça reste un râteau. Et cela a décuplé l'obsession amoureuse, l'a rendu délétère. La limerence m'a bouffé une deuxième semaine de boulot. Surtout qu'il s'est fait de moins en moins présent de jour en jour. Révélant une addiction sévère, avec

213 - Obsession et ancrage

vendredi 22 juillet 2022 à 11h33
Je sais soigner mes retours au monde par défaut, moi. D'abord, une semaine de piscine, histoire de pouvoir pleurer en tout tranquillité, et dormir aussi, et être malade le cas échéant :( Une semaine de chill, sans se poser de questions, le cerveau au ralenti par la chaleur et la faible activité. Et puis, retour au monde, Vous savez, mon bureau. On peut remonter à toutes les entrées de ce journal (et des autres) : l'extrême majorité a été écrite sur mon temps de travail, dans ce (ces deux) bureau·x qui sont une parenthèse, un lieu où je ne prive aucunement ma relation

213 - sevrage

mercredi 20 juillet 2022 à 17h17
Alors oui, j'étais en train de tomber sacrément accro. Et c'est pas bon pour lui. Ses mots restent tendres, affectueux, respectueux, emprunt d'amour qui suinte. Mais non. D'une part pas d'investissement logistique dans une nouvelle relation (ça bon, ok, c'est pas la première fois) Mais surtout, énonciation d'une insécurité, besoin de faire simple, de pouvoir se projeter dans l'avenir. Et ça passe par des parenthèses, qui s'ouvrent, sur un espace et un lieu, et se referment ensuite. Si Jo ne m'avait pas arraché à la Playa samedi soir, il me l'aurait dit avant que je quitte

213 - j'aime tellement tomber amoureuse

lundi 18 juillet 2022 à 11h53
Alors hier soir, avec ma clope, je me disais une fois de plus que c'était juste un amour de vacances, que ça allait passer, que c'était pas forcément fiable, qu'il s'avère déjà instable avec sa principale, etc... Et là, ce matin un message de lui. J'ai pris un peu trop de café, certes. Mais le cœur qui s'accélère, l'obsession qui se met en place, j'attend ses réponses avec impatience, les lit avec délectations. Voilà voilà. Phoenix est amoureuse, et j'aime tellement ça !!!

Chasse à la licorne et relation toxique

mercredi 4 mai 2022 à 19h14
Epidermique. En me balandant sur FB hier (ce que je ne faisais plus depuis longtemps), je suis tombée sur une polémique qui m'a interpellée : un post d'une fille, se décrivant en couple, et disant "on cherche à rencontrer un femme pour s'ouvrir, comment faites-vous pour les rencontrer ?" Rencontrer une licorne ? hein ? Les licornes sont des animaux magiques, elles viennent à toi d'elle même. Et probablement pas quand tu les cherches. Les commentaires désobligeants pleuvent. Les modérateurs finissent par supprimer le post, prendre contact avec l'autrice qui accepte le jugement en

Distance

mercredi 10 novembre 2021 à 10h32
Depuis quelques temps, je ne peux plus l'ignorer, une certaine distance s'installe entre mon Dandy et moi. ça fera 4 ans demain. Je pense qu'on peut annoncer officiellement la fin de la NRE, la phase chaton. Bonjour à l'organisation d'un amour adulte. En en gardant les propriétés essentielles : un amour comme je sais les concocter maintenant : intenses, inconditionnels, et pourtant à temps partiel, Laisser la place pour exprimer le désir, et pourtant, conserver chacun nos libertés, nos volontés, nos libres arbitres.

204 - Cendre est amoureuse

mardi 26 octobre 2021 à 17h39
Un crush. Pour l'instant, on peut pas en dire plus. Mais je le vois, je le sens, je la connais, ma petite Caille, qui se trémousse, qui sursaute à la notification sonore "que dit-il ?", qui souris bêtement en relisant les mots qu'on lui a envoyé. J'aime cette sensassion. Et sans préjuger de ce que sera la relation, je t'en remercie déjà, pour ce qu'il y a là, entre nous. Merci.

Miniburn (2)

mardi 13 juillet 2021 à 18h15
Bientôt 48h que j'ai quitté le havre J'ai de la chance : je ne suis pas seule, et je ne travaille pas. Mais j'irais pas non plus raconter que c'est facile. Surtout, allez savoir pourquoi, quand un souvenir sur deux revient sur la même personne, avec qui j'ai vécu une connexion immédiate et intense. Qu'en faire, maintenant, de ces émotions et états d'âme ? Je ne sais pas grand chose de sa vie, de ses rythmes, ses contraintes ou ses attentes. Prendre des habitudes, c'est créer des attentes.Je vois encore les larmes de Lodie, tentant de verbaliser à son ex-magicien que ça lui fait

Miniburn (1)

lundi 12 juillet 2021 à 14h05
201. Depuis ce matin, ça se bouscule dans ma tête : la prochaine fois, il faudra Tellement de chose. Maxillaires courbaturées à force de sourires, rarement eu autant de retour positifs et d'éloges. Et Dante aussi ! Tant de personnes m'ont fait des compliments, pour mon sourire, ma présence joyeuse. Phoenix s'est réveillé, déployé. Cloun, mais aussi super maman. J'aime tellement vous voir tous si heureux ! Nous ne sommes qu'une bande de bonobo où toutes tension se règle par des câlins. Accélération sur les derniers jours. Pas le temps de tout faire. Il y a trop. Même Tom, aux

Je l'aime

mardi 7 avril 2020 à 18h04
oui bon, article rapide, titre pas très inspiré, sur ce journal doit y en avoir 5 déjà :P Pendant deux ans, je me suis demandée "à quoi ressemblera-t-il quand il va travailler" J'avoue, sans être tout à fait inquiète, j'étais soucieuse. L'idée qu'il n'aie plus d'énergie. Qu'il y perde ses bonnes humeurs. Ou que sais-je. D'abord, il y a eu la distance. Au moins, j'avais pas à gérer ses reprises d'habitudes, il me revenait, chaque week end, éperduement amoureux, en attente de fun et de superflux. Et puis, il y a eu ses galères avec Connard Premier. Là, j'étais vraiment en

Intimité, distance

vendredi 6 mars 2020 à 16h21
J’y suis allée, j’y suis allée ! ! Sa confirmation m’est parvenue quand je rentrais chez moi, mon colis sous le bras et plein de bonnes résolutions pour couler les heures. J’ai sauté dehors, sans réfléchir, sans vérifier la carte vu deux heures avant, rentré le code vélib consciencieusement copié une demi-heure plus tôt en mode "au pire, ça servira lundi pour aller au yoga" J’avais juste oublié qu’il pleuvait et que c’était plus loin que le yoga ^_^ Arrivée sur place en 12 minutes, souffler un peu car il dit ne pas y être encore. Le trouver quand même à

Demande en attente

jeudi 5 mars 2020 à 17h13
Ainsi, hier, j'ai envoyé deux pages de déclaration. écrite sur sa musique (Psychic Live) Depuis, je me relis, je me remémore. Je sais que ressasser en boucle comme ça transforme, car les souvenirs sont re-créés à chaque fois. Et que se relire n'est pas mieux : on ancre une certaine interprétation, et on trouve ça tellement clair qu'on imagine pas que l'autre ait reçu autre chose. (des fois même, je me persuade d'avoir envoyé une reformulation, comme Et c'est avec plaisir que je t'offre la mienne.) Mais hors de question de banaliser, ha ça non. C'est trop rare, les sentiments

Kink

mercredi 4 mars 2020 à 15h37
– Fait moi mal – non ! – Encore !! Oui, j'ai un kink là. Aucun doute. Je suis aimantée (limérence), pensées obsessionnelles, revenir en boucle sur son profils, la messagerie, les mails, rien. Revenir. Et ne rien faire pour que ça change. Accepter. Vivre. Comme partie prenante de ma passion. Mon ordinateur, en permanence est connecté, Sa boîte de réception consciencieusement vidée D'un geste mécanique, depuis mercredi soir Je clique et je reclique sur "envoyer/recevoir" [...] Le soir au fond du lit sur mon polochon placebo, J'attends que mon mobile éclaire l'arrivée d'un

Cœur à la dérive

mercredi 26 février 2020 à 15h04
Plus je te fréquente, plus je suis attachée toi. Et vu comme je l'étais déjà à la base... Nos arborescences, celles que l'on perd, celles que l'on retrouve. Mes désirs, étouffés, à ne pas en voir son accord implicite, que j'irais chercher une fois dans ses bras. "Je me demande quand tu oseras" si c'est quand, et pas si, c'est qu'il le donne, cet accord. Oui, j'ai besoin que ce soit partagé, le désir. Douceur et langueur des baisers qui suivront. Excitation mutuelle, mais le verrou est posé, pas facile de le faire sauter si vite. Et puis, qu'est-ce que je souhaite, vraiment ?

183 - Relation asymétrique

jeudi 13 février 2020 à 11h40
Il est resté dormir à la maison. Toute la nuit, je l'ai eu contre moi. Sa main dans mon dos, puis sur mon ventre, sur ma cuisse. Ce matin, il était plein de gestes tendres, encore plus qu'hier. Caresse mon visage, ma gorge. masse une cheville. Je me laisse emporter par le plaisir. Glisse mes doigts dans ses cheveux. Pas de recul ? Je continue. C'est le plus audacieux que je me suis permise. J'ai envie de lécher, de mordre, d'embrasser, d'embraser, de faire naître le feu du désir. Mais j'en reste à son positionnement. Il a besoin de temps pour savoir ce qu'il veut. et il a raison.

182 - Chaton adulte

jeudi 16 janvier 2020 à 15h21
On est jeudi. C'est grève, mais ma cheville en vrac m'empêche d'aller manifester. Alors, prendre soin de moi, de mes archives, mettre à jour. Tomber sur ce journal, et le trouver définitivement pas assez alimenté. Alors, rien d'extraordinaire aujourd'hui, juste mon quotidien heureux. Car la caille est très heureuse avec son lapin. Je raconte qu'on est sorti de NRE. ça fait deux ans, c'est une bonne base, déjà :) On a bien joué avec notre chaton, et maintenant, il a sa forme mature. Moins effervescente, plus sereine. Je loue Ä pour le timing. Là où on risquait de s'empâter dans

Fâcherie

mercredi 15 mai 2019 à 11h42
Je me suis fâchée en traversant le faubourg St Antoine, ça c'est d'abord exprimé en « je ne comprends pas » Il a aggravé la chose d'un « Je cite une certaine Cendre "les HSBC, il faut leur péter les genoux" ».

La vie est facile avec toi.

mercredi 29 août 2018 à 14h34
Répété ce matin encore. Oui, j'aime ça, aussi. Merci. De faire de chacune de mes contribution une étoile, de toujours considérer chacun de mes gestes comme un cadeau, là où moi je me vois en dessous du minimum lié au fait que j'y habite... Mais en même temps, en miroir, il suffit que je regarde comment je t'aime : je n'attends rien de toi. Fais ce qui te semble bon, je sais que cela sera bien. Et pourtant, je me sais exigeante. C'est juste que sur les quelques valeurs intransigeantes que je peux avoir, tu les remplis comme tu respires. Et moi de même pour les tiennes, me